École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

Institution fondée en 1868, Pointe-Saint-Charles (Montréal), Québec.

En 1868, une maison est louée par les Sulpiciens à Pointe-Saint-Charles, dans la paroisse Sainte-Anne, pour assurer l'éducation des enfants du quartier. Cette maison, nommée école Saint-Gabriel, est située sur la rue Wellington. Le 2 mai 1881, on ouvre un couvent sur la rue Mullins et l'école Saint-Gabriel est transférée dans cette nouvelle bâtisse. Les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame sont alors approchées pour diriger la section des filles. Les religieuses acceptent et décident de rebaptiser l'école Notre-Dame-des-Anges. Parmi les religieuses fondatrices, on compte : sœur Sainte-Marie-de-Nazareth (Marie-Catherine Gavan), supérieure et sœur Sainte-Liduvine (Marie-Belzémire Noël). Le 8 mai, on érige dans une niche sur le devant de la bâtisse la statue de Notre-Dame-des-Anges. Mgr Fabre, évêque de Montréal, est présent lors de l'évènement. En septembre, dix religieuses, un pensionnaire et un serviteur travaillent à la maison, en plus d'une servante, de deux enseignantes laïques et d'un élève qui aide à la cuisine.

 

À la première rentrée scolaire, plus de deux cent quatre-vingt élèves fréquentent l'école Notre-Dame-des-Anges, répartis en trois classes francophones et trois classes anglophones, de la 1re à la 9e année. En 1885, les religieuses deviennent propriétaires d'un lot situé à côté du couvent et peuvent ainsi agrandir la cour de l'école. La même année, la Commission scolaire des écoles catholiques de Montréal requiert qu'on vaccine tous les élèves fréquentant des établissements scolaires. À cette période, une épidémie de variole se déclare et les religieuses doivent compiler les statistiques d'élèves décédés, malades ou encore provenant de familles touchées par la maladie. Au tournant des années 1900, plusieurs familles quittent Pointe-Saint-Charles pour s'installer plus au nord, ce qui affecte le nombre d'élèves. On retire alors la 7e, la 8e et la 9e année. L'ouverture de l'école Jeanne-LeBer incite les élèves francophones à quitter l'école Notre-Dame-des-Anges, ce qui crée une baisse considérable du nombre d'élèves. Au mois d'août 1945, on annonce la fermeture définitive de l'école. Les quelques élèves qui fréquentaient l'école Notre-Dame-des-Anges doivent dorénavant fréquenter l'école Sarsfield.

N.B. : Ce texte a été rédigé à partir des documents contenus dans le fonds d’archives en notre possession et ne constitue pas une histoire administrative complète de l’établissement scolaire.

Vue extérieure - École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

Vue extérieure - École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges, Pointe-Saint-Charles (Montréal), Québec, [18-].

École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

Pointe-Saint-Charles (Montréal), Québec

Institution fondée en 1868

Premier emplacement (1868-1881)

Dernière adresse : Rue Wellington, entre les rues Condé et Mullins

École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

École Saint-Gabriel / École Notre-Dame-des-Anges

Pointe-Saint-Charles (Montréal), Québec

Institution fondée en 1868

Deuxième emplacement (1881-1945)

Dernière adresse : 1625, rue Mullins

Premier emplacement : (1868-1881) - Rue Wellington, entre les rues Condé et Mullins
Deuxième emplacement : (1881-1945) - 1625, rue Mullins