École Marguerite-Bourgeoys

Institution fondée en 1953, Beauport-est-Villeneuve (Québec), Québec.

Considérant l’achalandage élevé de la petite école Tremblay à Beauport-Est, le curé Donat Tanguay et les commissaires de la Commission scolaire de Villeneuve désirent que soit construite une nouvelle école plus grande et plus moderne. Le gouvernement acquiesce à leur demande, si bien que le premier septembre 1953, l’école Marguerite-Bourgeoys ouvre ses portes rue Tanguay, à Villeneuve (Beauport à compter du 1er janvier 1976). Cent soixante-dix-huit élèves répartis en six classes, de la première à la neuvième année, commencent leur année scolaire. À l’ouverture, quatre religieuses y enseignent. Il s’agit de sœur Saint-Gilbert-de-la-Croix (Antoinette Gauthier-Landreville), directrice, de sœur Saint-Bruno-de-Marie (Estelle Monette), de sœur Sainte-Rachel-de-Marie (Françoise Bourdon) et de sœur Sainte-Colette-Maria (Colette Fortin). Ce n’est que le 14 juillet 1955, que les sœurs emménagent dans la résidence Marguerite-Bourgeoys, un bâtiment de trois étages annexé à l’école et pouvant accueillir douze sœurs. Sœur Sainte-Léopoldine (Lucina Plourde) est alors nommée supérieure de la communauté. Le bâtiment, construit sur deux étages, comporte dix classes, un local aménagé spécialement pour les cours d’enseignement ménager ainsi qu’une classe de récréation. Deux maitresses enseignent le solfège et le chant grégorien. L’école Marguerite-Bourgeoys est une école exclusivement réservée aux filles, à ses débuts. Les garçons, quant à eux, fréquentent l’école Tremblay.

 

En 1956, les religieuses conçoivent elles-mêmes l’uniforme officiel des écolières qu’elles offrent aux élèves provenant de familles moins fortunées. Tout au long de leur engagement dans l’éducation de la jeunesse de Villeneuve, les religieuses s’investissent au sein de plusieurs autres écoles, telle l’académie Sainte-Marie. En plus de prodiguer des cours, les sœurs organisent plusieurs visites culturelles et récréatives pour leurs jeunes élèves. Elles visitent notamment le Jardin zoologique de Charlesbourg et l’Aquarium de Québec. En 1959, l’école Tremblay accueille temporairement des élèves de dixième et de onzième année. Six ans plus tard, en 1965, une classe de maternelle est aussi créée en réponse aux recommandations de la commission Parent, proposant la réforme du système d’éducation québécois. L’implication sociale et religieuse des sœurs au sein de la communauté est importante. En effet, elles s’impliquent auprès du Mouvement Eucharistique des jeunes, participent au Comité régional religieux, soutiennent l’Organisation communautaire pour l’étude de la langue française et organisent des cercles d’études et des réunions de parents et d’enseignants, Certaines sont aussi membres des Filles d’Isabelle.

N.B. : Ce texte a été rédigé à partir des documents contenus dans le fonds d’archives en notre possession et ne constitue pas une histoire administrative complète de l’établissement scolaire.

Vue extérieure - École Marguerite-Bourgeoys

Vue extérieure - École Marguerite-Bourgeoys, Beauport-est-Villeneuve (Québec), Québec, 1966.

École Marguerite-Bourgeoys

École Marguerite-Bourgeoys

Beauport-est-Villeneuve (Québec), Québec

Institution fondée en 1953

(1953-[ca 1980])

Dernière adresse : 41, rue Tanguay

(1953-[ca 1980]) - 41, rue Tanguay