Couvent de la Congrégation de Notre-Dame / École normale de Baie-Saint-Paul / École régionale de Charlevoix

Institution fondée en 1848, Baie-Saint-Paul, Québec.

Les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame ont une longue histoire à Baie-Saint-Paul qui commence en 1848, avec la fondation du couvent. C’est d’abord Mgr Signay, l’évêque de Québec, qui, en 1833, a l’idée de doter la paroisse d’un couvent. Il compte le faire construire sur un terrain que l’ancien curé de Baie-Saint-Paul lui a légué. C’est aussi Mgr Signay qui entreprend toutes les démarches pour faire venir des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame. En mai 1848, la construction du convent est terminée et, en juillet, trois sœurs bravent les routes difficiles jusqu’à Baie-Saint-Paul, où leur mission d’enseignement les demande. La supérieure de l’école, sœur Saint-Jacques (Christine Labrecque), accompagnée de sœur Saint-Gilbert (Marie-Valérie Ducharme) et de sœur Saint-Luc (Marie-Henriette Turcot) inaugurent le couvent en août 1848 avec soixante élèves, dont douze pensionnaires. Les classes couvrent de la première à la onzième année. Plusieurs brevets y sont octroyés, dont celui d’enseignement. L’histoire du couvent se poursuit avec une série de rebondissements digne d’un film. En effet, le couvent connaît deux épidémies qui causent des décès chez les élèves : une, de rougeole en 1866 et une, de variole en 1872. Entre temps, un violent tremblement de terre fait tomber les cheminées en pierre qui écrasent le toit. La bâtisse doit être réparée. En juillet 1924, un terrible incendie rase le couvent. La Congrégation de Notre-Dame est dans l’impossibilité d’assumer les frais de reconstruction. C’est finalement la Commission scolaire de Baie-Saint-Paul qui s’en chargera. Mais la construction d’un couvent neuf n’est entreprise qu’après une période d’inondations provoquées par des pluies torrentielles et un nouveau tremblement de terre. Dame nature se fait plus calme par la suite et la modernité arrive par chemin de fer jusqu’au couvent où l’on voit apparaître l’électricité et le téléphone, en 1911. La voie ferrée amène aussi plus de gens et donc, plus d’élèves et il devient nécessaire d’agrandir l’école.

Comme il a été mentionné plus tôt, le couvent décerne des brevets d’enseignement. Il s’agit même d’une option très populaire chez les élèves. Or, en juin 1936, une décision du Comité du Conseil de l’Instruction publique vient supprimer ces diplômes élémentaires. Désormais, pour devenir institutrice, il est nécessaire de passer par l’école normale. Les sœurs formulent donc une requête auprès du Conseil de l’Instruction publique pour que le couvent soit élevé au rang d’école normale. Cette demande est acceptée. Le couvent de Baie-Saint-Paul peut continuer à former des enseignantes tout en dispensant, comme avant, une éducation primaire et supérieure comprenant des classes générales et scientifiques, des cours d’anglais, de solfège, de couture et tricot et d’art culinaire. Les élèves peuvent aussi participer à diverses associations religieuses, comme la société des Enfants de Marie, la Jeunesse des écoles catholiques, la Congrégation mariale, les Anges gardiens, l'Enfant-Jésus et les Croisés. Des activités parascolaires sont aussi offertes. Les élèves peuvent joindre le cercle des jeunes naturalistes. Deux fois par mois, ces élèves travaillent en équipe et font des recherches en botanique, en zoologie et en minéralogie. Celles qui préfèrent le cinéma peuvent participer au Ciné-Club, une activité offerte une fois par semaine pour discuter sur l’art du cinéma et ses techniques après visionnement d’un film. Les anciennes ne sont pas en reste et peuvent pallier à leur élan de nostalgie en fréquentant les réunions de l’Amicale Notre-Dame-des-Laurentides. En septembre 1949, une nouvelle aile du couvent est dédiée à l’école normale. Celle-ci fermera ses portes en juin 1967, après trente ans d’existence. C’est une conséquence du rapport de la Commission Parent, qui établit que la formation des enseignants doit maintenant se faire à l’université. Mais le couvent de Baie-Saint-Paul ne ferme pas pour autant; les cours primaires et secondaires continuent. En avril 1972, une grève générale des fonctionnaires du gouvernement touchent les enseignants ; les sœurs sont obligées de répondre aux exigences des syndicats impliqués et même de faire du piquetage. La même année, la Congrégation de Notre-Dame vend ses propriétés de Baie-Saint-Paul. Les sœurs y demeurent, mais elles louent maintenant leur logement. L’ancienne école normale devient en 1978, un foyer pour personnes âgées. Les dernières sœurs quittent Baie Saint-Paul en juin 1980.

N.B. : Ce texte a été rédigé à partir des documents contenus dans le fonds d’archives en notre possession et ne constitue pas une histoire administrative complète de l’établissement scolaire.

Vue extérieure - Couvent de la Congrégation de Notre-Dame / École normale de Baie-Saint-Paul / École régionale de Charlevoix

Vue extérieure - Couvent de la Congrégation de Notre-Dame / École normale de Baie-Saint-Paul / École régionale de Charlevoix, Baie-Saint-Paul, Québec, [18-].

Couvent de la Congrégation de Notre-Dame / École normale de Baie-Saint-Paul / École régionale de Charlevoix

Couvent de la Congrégation de Notre-Dame / École normale de Baie-Saint-Paul / École régionale de Charlevoix

Baie-Saint-Paul, Québec

Institution fondée en 1848

(1848-[avant 1978])

Dernière adresse : 10, rue Boivin

(1848-[avant 1978]) - 10, rue Boivin