École Notre-Dame-des-Écoles / École Notre-Dame-de-Lourdes / Académie Masson

Institution fondée en 1956, Danville, Québec.

C'est le 4 septembre 1956 que les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame prennent la direction de l'école Masson et qu'elles y transfèrent les filles de la 1e à la 6e année provenant de leur couvent Notre-Dame-du-Rosaire de Danville. Les fondatrices de cette école sont : sœur Sainte-Marcelle (Jeanne Gingras), directrice, sœur Saint-Claude-Martyr (Rita Hébert) et sœur Sainte-Monique-Maria (Monique Lévesque). L'école Masson accueille dès son ouverture 302 élèves, dont 43 garçons répartis dans une classe anglaise et de niveaux 4e, 5e et 6e année. Dès les débuts, les sociétés des Anges-Gardiens et de l'Enfant-Jésus, de même que la Croisade eucharistique sont présentes à l'école. Le 16 octobre, l'école est bénite et on érige devant celle-ci une statue de Notre-Dame-des-Écoles. Au programme d'enseignement général s'ajoutent des cours de diction. Chaque année, les élèves présentent un spectacle à la date anniversaire du décès de Marguerite Bourgeoys où sont conviés paroissiens, parents et amis. Le 1er février 1960, l'inauguration de la caisse populaire scolaire permet aux jeunes filles de 7e année de faire leur premier dépôt. Au cours des années 1960, on offre aussi le programme d'études secondaires. En 1963, l'école accueille 440 élèves répartis en onze classes et une salle d'enseignement ménager. Au début des vacances 1965, l'école Masson est démolie et les élèves du secondaire sont dirigés vers un nouveau bâtiment plus spacieux qui portera le même nom, sous une direction laïque. La section primaire retourne au couvent Notre-Dame-du-Rosaire.

En 1958, le nombre d'inscriptions augmente et la Commission scolaire décide d'envoyer les garçons des 6e et 7e années à l'école des Frères du Sacré-Cœur ; le local laissé vide est alors occupé par les élèves de première année. Une année plus tard, les douze filles de la 7e année reçoivent la mention « Grande distinction » aux examens du Département de l'Instruction publique ; l'école se classe ainsi première parmi les écoles du niveau primaire de Windsor. À l’hiver 1961, pendant une journée de congé, les sœurs décident de faire une promenade en motoneige. En septembre 1962, les cours d'anglais et de diction sont ajoutés au programme d’études ; deux professeurs laïques sont alors engagés. Quelques mois plus tard, une grève chez les professeurs de la région occasionne la fermeture de l'école pendant un mois. En 1964, le chef de police de Windsor donne des leçons sur la sécurité routière à l’école ; il félicite la directrice pour la bonne conduite des élèves. L’année suivante, le nombre d'inscriptions toujours grandissant oblige la Commission scolaire à ajouter un local à l'immeuble pour loger une vingtaine d'élèves de 2e année ; de plus, on déplace une classe de 5e année dans un local situé au sous-sol d'une maison appartenant à Fernand Dion. En 1969, la direction de l'école est confiée à un laïc et le personnel religieux enseignant est alors réduit à trois sœurs chargées de la 2e et de la 6e année. Quatre ans plus tard, la Commission scolaire prend la décision de convertir la résidence des sœurs, située au troisième étage de l'école, en locaux de classes ; les sœurs quittent donc les lieux en juillet 1973.

N.B. : Ce texte a été rédigé à partir des documents contenus dans le fonds d’archives en notre possession et ne constitue pas une histoire administrative complète de l’établissement scolaire.

Vue extérieure - École Notre-Dame-des-Vue extérieure - École s / École Notre-Dame-de-Lourdes / Académie Masson

Vue extérieure - École Notre-Dame-des-Vue extérieure - École s / École Notre-Dame-de-Lourdes / Académie Masson, Danville, Québec, [entre 1956 et 1960].

École Notre-Dame-des-Écoles / École Notre-Dame-de-Lourdes / Académie Masson

École Notre-Dame-des-Écoles / École Notre-Dame-de-Lourdes / Académie Masson

Danville, Québec

Institution fondée en 1956

(1956-1965)

(1956-1965) - Adresse à déterminer