Couvent Sainte-Anne

Institution fondée en 1852, Yamachiche, Québec.

La paroisse de Sainte-Anne-de-Yamachiche désire ardemment la venue de religieuses pour enseigner aux jeunes filles. Lorsque la Congrégation de Notre-Dame accepte d’envoyer des sœurs en octobre 1852, celles-ci sont accueillies en grande pompe par un rassemblement de paroissiens ravis, un cortège de cinquante voitures, des musiciens et même des troupes de miliciens qui effectuent une décharge de fusil. Le curé, Sévère Dumoulin, s’est réellement dévoué pour obtenir des religieuses : il fait construire une maison de briques pour elles, financée par les paroissiens et par lui-même. Lorsque ses demandes ne trouvent pas d’échos, il propose qu’on lui envoie deux sœurs malades, promettant de se charger de leur guérison par l’entremise de Sainte-Anne. Son souhait est exaucé : sœur Sainte-Justine (Marie-Élisabeth Casgrain) et sœur Saint-Jean-de-la-Croix (Marie-Sophie-Louise Dubuc) se rendent à Yamachiche en bateau. Elles guérissent, comme promis, et l’une d’elles devient même supérieure générale. Le couvent Sainte-Anne ouvre le 2 novembre 1852 avec dix pensionnaires, quinze demi-pensionnaires, douze élèves en quart de pensions et dix-sept externes. Les sœurs enseignent de la première à la dixième année. Des travaux d’agrandissement sont instaurés dès 1886.

 

Au fil du temps, en plus du programme général, on offre aussi un programme scientifique, auquel s’ajoutent des cours spécialisés d’anglais, de diction, de culture physique, de dactylographie, de piano, de chant, de couture et d’art culinaire. Les élèves participent aussi à des associations religieuses, telles que les Enfants de Marie, l’Enfant Jésus, l’Union Mariale, la Jeunesse des Écoles catholiques, les Anges gardiens et les Croisades eucharistiques. Le couvent subit plusieurs modifications. En 1905, il est démoli et entièrement reconstruit. Le 29 mai 1930, on assiste à la première réunion de l’Amicale de Notre-Dame-de-l’Étoile. C’est le début de nombreuses rencontres pour les anciennes du couvent qui peuvent désormais échanger leurs souvenirs avec leurs camarades d’antan. Lors de la célébration du centenaire du couvent en juin 1952, la paroisse de Sainte-Anne-de-Yamachiche accueille le premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, venu rendre hommage au couvent et au travail que les sœurs y ont mené avec assiduité. Le couvent ferme officiellement ses portes en mars 1978. En juin, les membres du conseil de l’Amicale de Notre-Dame-de-l’Étoile organisent une visite des murs du vieux couvent avant que les sœurs ne quittent les lieux. Mais le conseil provincial de la province Saint-Sulpice autorise la communauté locale de Yamachiche à y construire une résidence pour six personnes. Les sœurs continuent donc de participer à la vie de la communauté en demeurant à leur nouvelle résidence. Elles quittent définitivement Sainte-Anne-de-Yamachiche en 1980.

N.B. : Ce texte a été rédigé à partir des documents contenus dans le fonds d’archives en notre possession et ne constitue pas une histoire administrative complète de l’établissement scolaire.

Vue extérieure - Couvent Sainte-Anne

Vue extérieure - Couvent Sainte-Anne, Yamachiche, Québec, [ca 1900].

Couvent Sainte-Anne

Couvent Sainte-Anne

Yamachiche, Québec

Institution fondée en 1852

(1852-1978)

Dernière adresse : À proximité du 530, rue Sainte Anne

(1852-1978) - À proximité du 530, rue Sainte Anne