Supérieures et animatrices

Agnes Campbell (Soeur Saint Ann Carmelita)

Agnes Campbell (Soeur Saint Ann Carmelita)
Leader de la Congrégation de 2016 à aujourd’hui

Agnes Campbell est née à Sydney, sur l’Île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, la troisième enfant d’une famille de dix. Pendant ses études primaires et secondaires aux écoles Holy Redeemer (Whitney Pier) et Holy Angels (Sydney), la plupart de ses enseignantes sont des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame. Deux autres membres de la CND, sœur Saint Aurelius (Catherine Ann MacDonal) et sœur Saint Agnes of the Redeemer (Theresa MacDonald), exerceront une influence sur sa vie.

Après ses études secondaires, elle fréquente le Xavier Junior College à Sydney et complète sa première année universitaire. Après avoir prononcé ses premiers vœux en 1960, elle s’inscrit à la Saint Francis Xavier University où elle obtient un brevet d’enseignement. De 1961 à 1996, elle travaille comme enseignante ou administratrice au sein du système scolaire de la Nouvelle-Écosse. Au cours de cette période, elle exerce un mandat de quatre ans à temps partiel comme membre du conseil de la province Saint-Joseph et obtient un baccalauréat en éducation de la Saint Francis Xavier University. Membre d’une équipe pastorale provinciale, elle se consacre à temps plein durant six ans au ministère des jeunes. Après une année d’études à l’Université Saint-Paul à Ottawa, elle acquiert un diplôme en théologie.

En 1996, elle se retire de l’enseignement et s’inscrit à l’Université McGill où elle termine son baccalauréat en travail social en 1997. La même année, elle est élue adjointe à la Leader de la province Saint-Joseph pour un mandat de quatre ans, puis, en 2001, membre du conseil de la nouvelle province Visitation. Après avoir assumé ce mandat jusqu’en 2005, elle devient la Leader locale du couvent Holy Redeemer en 2006. Elle occupera ce poste jusqu’en 2011, au moment de son élection à l’Administration générale. En août 2016, elle est élue Leader de la Congrégation.


Conseil général de la Congrégation de Notre-Dame

Conseil général de la Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, 1874. Archives Congrégation de Notre-Dame - Montréal.

Présentation

La Congrégation de Notre-Dame a été dirigée par 40 supérieures, appelées aujourd’hui animatrices, dont certaines ont assumé plusieurs mandats. Elles n’ont pas seulement été les administratrices responsables d’un groupe longtemps en expansion, mais surtout les gardiennes de l’identité et de la mission de l’institution fondée par Marguerite Bourgeoys.

Louise Côté (Soeur Sainte-Marie-Claire-des-Anges)

Louise Côté (Soeur Sainte-Marie-Claire-des-Anges)
Supérieure générale de 1974 à 1984

Louise Côté, dite sœur Sainte-Marie-Claire-des-Anges, est née à Windsor (Québec). Elle fréquente l'école Notre-Dame dans sa ville natale et, ensuite, l'École normale de Sherbrooke. Elle entre au noviciat à Montréal et fait profession en 1950. Munie d'un baccalauréat en pédagogie et d'une licence ès lettres, elle enseigne au niveau secondaire dans des pensionnats de la Congrégation et, en rhétorique, au Collège Marguerite-Bourgeoys. Elle participe à une recherche en vue de la planification des œuvres de la Congrégation. En 1967, elle bénéficie d'un stage de quelques mois au Honduras. En 1970, elle est élue conseillère et économe générale, avant d'être élue supérieure générale quatre ans plus tard. Sous sa direction, des sœurs de la Congrégation fondent en 1981 une mission en France, à Troyes, lieu de naissance de Marguerite Bourgeoys. La canonisation de la fondatrice a lieu pendant son mandat qui se termine en 1984. Sœur Louise a été présidente de la Conférence religieuse canadienne et conseillère, pour le Canada français, de l'Union internationale des supérieures générales. Jusqu'en 1990, elle est à Rome au siège de l'Union internationale des Supérieures générales; à partir de 1985, elle en est la secrétaire générale. De retour au Canada, elle est, de 1990 à 1992, supérieure des Missionnaires de la Prière et de la Pénitence, par mandat de l'archevêque de Gatineau-Hull. Elle passe ensuite quatre années à la Solitude Notre-Dame-des-Bois. En 1996, elle est nommée en France, d'abord à Estissac, puis à Méry-sur-Seine et à Troyes. Depuis 1999, elle est déléguée épiscopale pour la Vie consacrée, responsable du Conseil diocésain de la Vie religieuse et membre du Conseil épiscopal.


Madeleine Rochette (Soeur Sainte-Hélène-de-Brabant)

Madeleine Rochette (Soeur Sainte-Hélène-de-Brabant)
Supérieure générale de 1984 à 1996

Madeleine Rochette, dite sœur Sainte-Hélène-de-Brabant, est née à Saint-Augustin-de-Portneuf (Québec). Elle fait ses études à la Congrégation et vers la fin du cours secondaire, elle est attirée par la vie contemplative. Elle est encouragée à poursuivre ses études, ce qu'elle fait à l'École normale de Saint-Pascal de 1958 à 1961. Après sa profession au noviciat de Beauport en 1960, elle poursuit pendant le juniorat sa formation en pédagogie et obtient un baccalauréat et une licence de l'Université de Montréal. Elle enseigne au cours secondaire classique, puis retourne à son Alma Mater à Saint-Pascal pour la formation des maîtres; elle œuvrera ensuite dans le même domaine à l'École normale de Montréal. Elle continue ses études supérieures et décroche une maîtrise en éducation en 1969. Elle enseigne l'année suivante à la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, pendant ses études de doctorat en éducation qu'elle complète en 1975. Elle remplit la fonction de supérieure provinciale de 1978 jusqu'à sa nomination comme supérieure générale de la Congrégation en 1984. Suite à un deuxième mandat qui s'achève en 1996, elle est nommée à la Communauté Nazareth où elle vaque à plusieurs tâches au centre Le Bourg-Joie et à la paroisse Saint-Roch (Québec). Au cours de sa carrière, elle participe à de nombreux regroupements religieux et scolaires et assure la présidence de certains d'entre eux. Elle est présentement animatrice de la province Marguerite-Bourgeoys.


Syndiquer le contenu